Bibliographie


Monique Leroux Serres

De fougère en libellule, sur le chemin de halage de la Mayenne

Haïbun

Éditions Pippa, coll. Kolam Poésie,  juin 2015. ISBN : 978-2-916506-64-7 ; 15,00 €.


Recension dans L'écho de l'étroit chemin n° 17, septembre 2015, par Danièle Duteil.





 
Olivier Walter
 
Humus et lueurs d’étoiles
 
 
– récits & haïkus –
 
Éditions Unicité, 2e trimestre 2015. ISBN : 978-2-919232-98-7
 
 


 
















La période estivale correspond traditionnellement au temps des voyages et des découvertes. Pour qui chercherait un dépaysement véritable, Humus et lueurs d’étoiles ouvre un monde à dimensions multiples, où la spiritualité prend son essor dans la matière même et dans le terreau qui nourrit la vie.
Ce livre foisonnant d’Olivier Walter est composé de deux parties, l’une  consacrée au haïbun, l’autre au haïku. Le poète y célèbre l’univers révélé dans la saveur de l’instant vécu. (Danièle Duteil, mai 2015).




 

 
CHEMINS CROISES
 
L’anthologie de haïbun Chemins croisés, publiée aux éditions PIPPA
dans la collection « 
KOLAM poésie » sous la direction de Danièle Duteil,
réunit 51 textes en français d’auteurs de sept nationalités différentes.

 
Le livre, à la présentation dense, voire compacte,  est agréablement illustré par Alain LEGOIN. Dans son avant-propos, Danièle Duteil nous apprend  que le haïbun, s’il se pratique depuis  des siècles au  Japon, ne s’est pas vraiment implanté en terre francophone avant 2007. L’ouvrage montre la belle vitalité d’un genre naissant qui allie avec bonheur prose poétique et haïku. L’équipe de rédaction de l’AFAH note à juste titre dans sa préface « la diversité du haïbun francophone  et son vaste champ de créativité » et souligne « un engouement sensible pour cette forme poétique. » Les textes, de longueur très variable, ont été regroupés autour de cinq grands thèmes : Autour de l’eau, Racines, Des hommes et des femmes, De passage, D’un ciel à l’autre.

(Extrait de la présentation de Marie-Noëlle HOPITAL, publiée dans L'écho de l'étroit chemin
n° 13)


 
***
 
Chemins croisés (anthologie francophone de haïbun),[1]
 
SOUS LA DURECTION DE DANIÈLE DUTEIL
ILLUSTRATIONS ALAIN LEGOIN, ÉDITIONS PIPPA, 2014
 
Par Georges FRIEDENKRAFT
 
 Le haïku, ce court poème japonais de trois vers, expression d’un moment existentiel fort, a fait son chemin en langue française. Moins connu, son cousin, le haïbun, est un mélange harmonieux de prose et de poésie. Au sein d’une courte prose, les moments clés sont, en effet, exprimés par des haïkus. Cette superbe anthologie de haïbun vient de paraître aux éditions Pippa, une courageuse maison d’édition indépendante, située 25 rue de Sommerard, à deux pas de la Sorbonne. Une cinquantaine d’auteurs français, belges, canadiens, suisses, voire originaires de Bulgarie, Roumanie ou Tunisie, s’exercent au haïbun, dans des styles et sur des thèmes très variés. Paul de Maricourt nous emmène en voyage sous « La croix du Sud » et Jo(sette) Pellet évoque « L’éternel ailleurs… » des chevauchées de Mongolie. Dans « Haïbun 12 », Jean Antonini plonge dans une vision surréaliste de Lyon un jour de pluie. Nous clorons ce bref compte rendu par une promenade dans la campagne française sur les pas de Danièle Duteil dans « À l’heure de la renverse » :
 
« La lumière démultipliée glisse sur les ourlets de vase qu’elle sculpte de sa tremblante iridescence (…).
 
esquisse –
la silhouette d’un héron
dans les entrelacs
 
(D. Duteil, p. 27).
 

[1] Article paru dans Nouvelles rive gauche – n° 380 – décembre 2014 – janvier 2015, et reproduit ici avec l’aimable autorisation de son auteur.
 


***

 
 
Cliquer pour lancer le diaporama ou agrandir la photo - Ouverture dans une nouvelle fenêtre Prochaine image
 

Kobayashi Issa : Journal des derniers jours de mon père

ISSN : 2257-4697
ISBN : 978-2-916506-54-8
Format : 11,5 x 18 cm
64 pages – Bouffant ivoire/NB
Prix : 14€

 

« Le journal d’Issa, fin calligraphe, articule prose et poésie, s’éclaire des blancs de la page. Ses pinceaux disent sa sensibilité aux premiers matins, à l’avant du temps, au silence. (...) Le haïku est ponctuation de ce temps paradoxal, qui est compté, et qui ne passe guère. Il est enracinement dans ce qui se tient là, quand son père n’est plus. » (Extrait de la postface de Françoise Kerise)l.

 

L’AUTEUR

Issa (1763-1828) est considéré comme l’un des trois plus grands maîtres du haïkaï. Ses poèmes sont appris par tous les écoliers du Japon. Au cours de sa vie, il a écrit plus de 20 000 haïkus, des centaines de tankas, et plusieurs journaux haïbuns. (Extrait de la préface de Monique Leroux Serres).

 

Traduit du japonais par Laurent Seegan Mabesoone


 

Voir aussi, dans L'écho de l'étroit chemin N° 7, l'entretien de Monique Leroux Serres et Seegan Mabesoone, à propos du haïbun et du Journal des derniers jours de mon père.


 

***

 
 
 
Recto


Kenneth White : les Cygnes sauvages,
réédition Le mot et le reste, juin 2013,

Dans le n° 8 de L'écho de l'étroit chemin (juin 2013),
un entretien
entre Monique Leroux Serres et Kenneth White,
ne pas manquer.


 
***


                                                                  
Daniel Charneux : Nuage et eau,
roman,
Éditions Luce Wilquin, 2008.
Présenté par Danièle Duteil,
dans L'écho de l'étroit chemin N° 7.
 
 
Nuage et eau par Charneux

 
 

***

 
 
Hubert Haddad : Le Peintre d'éventail

(suivi de : Les haïkus du Peintre d'éventail), roman, éditions Zulma, Paris, janvier 2013.
Présenté par Danièle Duteil
dans L'écho de l'étroit chemin N° 8





***


 

 
 
Taro Aizu : Mon Fukushima", janvier 2013, par Tea.
Format : Kindle Edition

Des poèmes de cinq lignes, "gogyoshi", des haïku et des haïbun qui est une composition littéraire mêlant prose et haïku, du poète japonais né à Fukushima, Taro Aizu.
Sa poésie exprime son profond attachement à son pays, sa terre natale "Furusato".  Elle exprime aussi sa tristesse face aux dégâts irréparables du désastre nucléaire qui n'est pas une catastrophe naturelle. Les japonais sont habitués aux colères de la Terre... À chaque fois, ils reconstruisent et la Vie reprend.
À présent, c'est différent ! Sa poésie est un chant d'espoir en l'avenir de la Terre et des Êtres:
 
Le riz et les légumes
Les poires et les pêches,
Les chats et les humains,
Que tous les êtres
Renaissent à Fukushima.

La poésie de Taro Aizu, est emplie de compassion et bienveillance pour la Terre et les Hommes :

Reviens,
Reviens,
Mon ancien Fukushima
Où les enfants jouaient
Dehors avec leurs parents.

Les enfants... Taro Aizu y pense. Alors, ses poèmes sont là pour témoigner de cet accident majeur, mais aussi pour soutenir les habitants de Fukushima.
Il vient de publier "MON FUKUSHIMA" en langue française, anglaise et allemande sur Kindle Ebook chez Amazon, afin de permettre aux enfants de Fukushima de passer des vacances d'été à Okinawa au sud du Japon.
Sa poésie me touche beaucoup. Elle véhicule tant d'humanité.
Voilà de quoi mieux comprendre l'esprit japonais et apprendre l'art de percevoir la beauté des petites choses ...
http://www.amazon.com/Mon-Fukushima-French-Edition-ebook/dp/B00AV06ZPI/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1358169587&sr=1-2&keywords=Mon+Fukushima



***

 
Bashô

 
 

 



- A Kyoto rêvant de Kyoto, Éd. Moundarren, 2004
- Avec Bashô, Sur le chemin étroit du nord profond, Éd. Atelier Manda, 2004
- Bashô, Carnets de voyage, " Nozarashi Kikô ". Éd. Atelier Manda, 2005
- Le Chemin étroit vers les contrées du Nord, trad. Nicolas Bouvier, Éd. Heros-Limite, 2007
- L'Ermitage d'illusion, Éd. La Délirante, 1988
- L'étroit chemin du fond, Éd. William Blake and co., 2008
- Le Faucon impatient, Éd. Pof, 1994
- Friches, Éd. Verdier, 2006
- Journaux de voyage, Éd. Pof, 2001
- Le Manteau de pluie du singe, Éd. Pof, 2002
- Les sept livres de l'école de Bashô, trad. R. Sieffert. Jours d'hiver, POF, Cergy, 1987 ; Jours de printemps, POF, 1991. Friches, tomes I, II, III, POF, 1992. La Calebasse, POF, 1991 ; Le Sac à charbon, POF, 1993
- Voyage poétique à travers le Japon d'autrefois, trad. Nicolas Bouvier. Éd. Office du livre, Fribourg (Suisse), 1976
.

 
***


La ligne de faiblesse
 
Editions unicité, août 2014
 
Germain REHLINGER offre, avec La ligne de faiblesse, un recueil constitué de dix haïbun. Nombre d’entre eux évoquent l’art sous différentes formes. L'art reflète la vie et l’histoire des peuples ; ici, l'histoire des peuples de l’Est de la France, qui lui est familière.

"[…] Grünewald, c’est l’extraordinaire puissance de la couleur et de la lumière, avec une gamme de couleurs très étendue. C’est un incroyable coloriste… C’est aussi le fantastique avec les démons et les anges… Mais c’est avant tout le manifeste, la revendication (elle lève le poing serré). Ce sont les haillons, les loques ; personne n’a peint de haillons à ce point-là ! On a trouvé le Manifeste des Paysans dans ses papiers. Mais il y a aussi de superbes vêtements : il y a l’opposition des deux.
 
En 2012
deux cents nouveaux milliardaires –
niés les pauvres."


 

 
Mon visage dans la mer

Joanne MORENCY, Collection Voix Intérieures aux éditions David, Québec, octobre 2011.
« Ce qui aurait pu être un énième hymne à la lenteur et au silence devient plutôt une immersion dans une atmosphère où lenteur et silence s’expriment directement. »
Meriem Fresson,
extrait de la préface à l’ouvrage Mon visage dans la mer.

 
 
 
***

 
Le haïku en herbe

isabel Asúnsolo, éditions L'iroli, 2010.
 
Comment écrire un haïku en milieu scolaire ?
Comment écrire un haïku tout court ?
Qu'est-ce qu'un bon haïku ?
Quelques pages abordent le haïbun.

Public : du primaire au lycée, et pour les adultes aussi : enseignants et futurs animateurs d'ateliers de haïku.
Ce livre à la présentation agréable et ludique propose des activités et des conseils pratiques pour écrire et faire écrire notre poème préféré...


***
 
 
CHOU HIBOU HAIKU, Guide de haïku à l'école et ailleurs

Collectif sous la direction de Jean Antonini, Alter éditions, octobre 2011

Ce livre a été conçu pour donner aux enseignant.es et aux animateur.es des éléments pratiques pour l’usage du haïku à l’école ou en atelier. Les chapitres 2 et 8 présentent l’histoire du haïku au Japon et en dehors. Les chapitres 3 (Forme du haïku, le 5-7-5) à 7 (Un thème particulier : les gens, le senryû) permettront au lecteur de comprendre à la fois la forme et le sens du poème.

Le chapitre 10, de Meriem Fresson et Romain Labrousse, traite du haïbun et propose un exemple d'animation d'atelier avec des élèves de collège.

Extrait du chapitre 10 :
"Outre son originalité de forme mêlant deux types d'écriture, l'intérêt particulier de l'utilisation [du haïbun] en classe réside dans plusieurs traits... [Il ] présente d'abord logiquement le même potentiel que le haïku, qu'il inclut, et qu'ili influence parfois jusqu'à ses parties en prose." (Meriem Fresson)




 
 



































 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement